06/10/2006

Al Gore: l'homme derrière le personnage

al gore4 Davis Guggenheim sut dès le départ qu’il lui faudrait gagner la confiance d’Al Gore, «jusqu’à être capable de se mettre dans sa peau».

Impressionné par son charisme et par la fermeté de son discours, il espérait découvrir les motivations intimes de son combat. L’entreprise avait de quoi intimider. Après avoir passé un temps considérable en compagnie de Gore, Guggenheim continuait à lui donner du «Monsieur le Vice-président», et il lui faudrait encore plusieurs semaines pour l’appeler familièrement «Al».

Davis Guggenheim :«Regarder ce type, et se dire qu’il figurera dans les livres d’histoire de vos petits-enfants suffirait à vous paralyser. Mais, plus je passais de temps avec lui, et plus je découvrais sa profonde humanité. Al Gore est devenu à mes yeux cet homme fascinant, posé et plein d’humour, qui se trouvait aussi posséder des connaissances encyclopédiques sur le réchauffement climatique.»

«Et puis, j’ai découvert en lui un personnage remarquable qui avait fait un choix héroïque après une épreuve traumatisante, en décidant de tout mettre de côté pour consacrer sa vie à une cause dont nul ne voulait parler. Réceptif aux émotions fortes, j’ai senti que quelque chose d’intense pouvait se dégager de cette reprise en main de l’après-2000 et du combat d’Al pour tenter de sauver le monde.»

Au fil des semaines, Gore dévoila au réalisateur des pans entiers de son histoire personnelle, lui révélant à travers des anecdotes surprenantes et parfois émouvantes les interférences entre sa vie privée et son profond attachement à la beauté, à la vertu nourricière et au caractère sacré de la Terre. Guggenheim évoque trois événements clés qui ont contribué à forger l’inébranlable engagement de Gore : l’accident de voiture qui faillit coûter la vie à son jeune fils ; la mort de sa sœur des suites d’un cancer du poumon ; sa défaite face à George W. Bush en 2000.«Nous avons eu delongs et nombreux entretiens dont certains furent très intenses, chargés de douleur et d’émotions»,rapporte Guggenheim.«Ces moments sont devenus le fil rouge secret d’UNE VÉRITÉ QUI DÉRANGE – le journal tacite d’Al.»

11:25 Écrit par mû dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.