06/10/2006

Histoire d'un documentaire qui peut sauver le monde: Au-delà des clivages politiques

glacier Pour Gore et les producteurs, ce discours sur les effets du réchauffement climatique transcende les clivages politiques. Scott Burns :«La science est, par définition, étrangère aux manipulations politiciennes. Al ne sollicite pas vos suffrages, il vous demande de vous mobiliser en vue d’un changement réel.»Jeff Skoll :«Al présente les faits d’une manière originale, fascinante, divertissante et terrifiante. Son but est clairement de sortir de la politique partisane. Il nous dit : «Voici la situation telle qu’elle est, et maintenant, si nous voulons y remédier, il va falloir réunir des gens de tous horizons. Car, qui que vous soyez et d’où que vous veniez, ce problème va affecter votre vie et celle de tout un chacun.»

L’enjeu de ce film hors norme apparut d’emblée aux producteurs.«Il s’agissait tout bonnement de l’avenir de notre planète», dit Laurie David. «Restait seulement… à convaincre Mr Gore.». C’est dans cet état d’esprit que les quatre producteurs hollywoodiens entreprirent, non sans quelque appréhension, un «pitch»hors du commun. «J’ai vécu bien des meetings», rapporte Bender,«mais, cette fois, il s’agissait de convaincre l’homme qui aurait pu devenir Président des États-Unis.».

Fort heureusement, Gore les mit à l’aise. «Il a été charmant et a immédiatement compris que le film pourrait porter son message non plus à des milliers de gens, mais à des millions.»

«L’ampleur de cette crise exige de nous une action prompte, audacieuse et raisonnée», déclare Al Gore, qui voit dans UNE VÉRITÉ QUI DÉRANGE un moyen de plus pour éclairer le monde sur l’urgence de la situation. Les producteurs s’adressèrent à un réalisateur aux multiples talents, Davis Guggenheim, pour conférer au film un style dynamique, intimiste et divertissant.

Les commentaires sont fermés.